Ceux qui font la Révolution nous ont rendu la lumière

« Vous avez été ceux qui, par votre travail, en silence, avez démantelé le mensonge du soi-disant État en faillite que l’ennemi a constamment essayé de semer. Vos efforts ont ratifié le fait que nous pouvons subir différents types de situations, mais nous devons toujours garder confiance dans la Révolution, qui depuis sa naissance est aux côtés des humbles et pour les humbles, et ne laisse personne sans protection. »

Ces mots de gratitude ont été adressés aux électriciens, le 4 octobre, par le membre du Comité central et Premier secrétaire du Parti communiste de La Havane, Luis Antonio Torres Iribar, lors d’une intervention prononcée à la cérémonie de reconnaissance des brigades du secteur de l’électricité, qui ont soutenu le redressement de La Havane, et la restauration du système électrique national après le passage de l’ouragan Ian.

Cette activité, à laquelle assistait le Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a été l’occasion de reconnaître le dévouement des travailleurs de l’Entreprise de construction et d’installations électriques, ainsi que des sociétés d’électricité des provinces de Mayabeque, Matanzas, Ciego de Avila, Las Tunas, Granma, Santiago de Cuba et Guantanamo.

« C’est un privilège de me retrouver ici aujourd’hui avec tant de héros anonymes. Mes premiers mots ne peuvent être queʺ je vous remercieʺ », a déclaré Torres Iribar lors de l’hommage rendu au siège de l’Organisation de base électrique (OBE) à La Havane, auquel ont également assisté Esteban Lazo Hernandez, président du Conseil d’État et de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire, ainsi que Roberto Morales Ojeda, Secrétaire à l’organisation du Comité central du Parti communiste, tous deux membres du Bureau politique.

Étaient également présents le vice-Premier ministre, héros de la République de Cuba et commandant de la Révolution, Ramiro Valdés Menéndez, le ministre de l’Énergie et des mines, Livan Arronte Cruz, le gouverneur de La Havane, Reinaldo Garcia Zapata, et le secrétaire du syndicat national des Travailleurs de l’Énergie et des Mines, George Batista Pérez.

Devant ces hommes que l’on pourrait définir par deux mots : humilité et courage, Luis Antonio Torres Iribar adéclaré : « Plusieurs d’entre nous, parmi les collègues, qui avons eu l’expérience de ces phénomènes météorologiques, avons signalé le fait que celui-ci (en allusion à Ian) n’a peut-être pas été l’un des ouragans les plus forts auxquels nous ayons été confrontés, mais c’est l’un de ceux qui nous ont causé le plus de dommages, en particulier à Pinar del Rio, en laissant les lignes électriques complètement hors service, ainsi que les communications, et de graves dommages au tabac, pour n’en citer que quelques-uns. »

« Dans le cas de La Havane, bien que le centre de l’ouragan soit passé à plus de 150 kilomètres, les dégâts enregistrés n’ont pas été moindres que ceux signalés lors des occasions précédentes », a déclaré le premier secrétaire du Parti communiste de la capitale, qui a ajouté que dans ce territoire « il nous a fallu près de six jours pour rétablir complètement le service électrique ».

« Je peux vous assurer que cela a été fait aussi rapidement que les conditions techniques et humaines le permettaient. Nous avons travaillé jour et nuit, sans repos, et ce marathon s’est soldé par la regrettable perte d’un monteur de lignes, qui faisait son devoir en travaillant de nuit, ici dans la municipalité de Boyeros. »

Iribar a évoqué « l’une des plus belles valeurs qui mobilisent le sentiment humain » : la solidarité, « celle qui fait tomber les barrières, qui unit les hommes et construit les rêves ».

« La Havane est désormais éclairée », a déclaré le leader du Parti ; « c’est la démonstration du ʺOui, c’est possible !ʺ, de Raul, de la confiance inébranlable en la victoire de Fidel, et de la résistance créative de notre Premier secrétaire du Comité central du Parti, le camarade Miguel-Diaz Canel Bermudez. »

« L’ennemi a mis toutes ses forces et ses ressources pour nous vaincre, en profitant des conditions difficiles que nous impose le blocus économique, commercial et financier, et le manuel de la guerre non conventionnelle a été férocement déployé contre notre pays. Face à ces agressions constantes, nos cadres du Parti, de l’Union des jeunes communistes, des organisations de masse, du gouvernement et, bien sûr, le principal artisan de toutes nos batailles, notre peuple, ont été en première ligne. »

Torres Iribar a déclaré à ces travailleurs exceptionnels : « Je vous remercie d’avoir fait jusqu’à l’impossible pour redonner l’éclat et la lumière à la Ville merveille, à la capitale de tous les Cubains. »

Mario Castillo Salas, directeur provincial de l’OBE La Havane, a également prononcé des mots de gratitude à l’égard de ces grands hommes, « des hommes qui ont laissé derrière eux leur famille, leur maison, leur vie, dans le seul but de panser les plaies ouvertes et de rendre la lumière à leurs concitoyens ». 

Il a fait référence aux « près de 50 brigades avec plus de 500 travailleurs » de différentes provinces qui, malgré « le peu de ressources, l’épuisement physique et certaines provocations malveillantes, ont réparé les dommages causés par Ian ».

Ils ont travaillé à la remise en état de plus de 100 des 285 circuits primaires endommagés, à la révision et à la réparation de plus de 5 000 bancs de transformateurs dans la ville ; ils ont assuré le remplacement de plus de 40 des 139 poteaux abattus et de 25 des 91 transformateurs touchés. Ils ont remis en état plus de 300 pannes de conducteurs brisés et remplacé 79 traverses cassées. Grâce à l’effort déployé, plus de 28 pannes qui empêchaient la distribution d’eau dans la capitale, et d’autres objets d’intérêt dans les communications, les centres hospitaliers et d’autres fronts ont été réparés.

Les électriciens de la capitale, a-t-il dit, se rendront dans d’autres zones touchées de l’Île et montreront, avec leurs collègues, tout ce que l’on peut faire dans l’union.

Cet hommage bien mérité a été accompagné par la voix de la jeune chanteuse Annie Garcés, qui a interprété « Cabalgando con Fidel », de l’auteur-compositeur-interprète Raul Torres.

Au terme de la cérémonie, le président Diaz-Canel, accompagné des dirigeants présents, s’est approché des brigades de travailleurs pour saluer personnellement ces héros à qui Cuba doit tant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s