Les Cubains doivent travailler en s’entraidant

ocodrilo, Île de la Jeunesse. – « C’est vrai que Cuba est belle… », a déclaré le Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, en arrivant le 3 octobre à la coopérative de pêche Caleta Grande.

Le chef de l’État a fait cette remarque quelques minutes après être arrivé dans ce village au sud de la municipalité spéciale de l’Île de la Jeunesse.

Ses paroles, toutefois, n’ont pas été seulement pour dire son admiration : lors de sa visite dans cette zone, durement frappée par l’ouragan Ian, il a conseillé de profiter de l’opportunité offerte par la nature pour mettre tout ce qui sera fait en ces temps de redressement à la hauteur sa beauté – sans oublier le confort et la durabilité – et de l’envisager également sur le long terme.    

À plusieurs reprises, le président du Conseil national de la Défense a alerté sur la réalité caribéenne, où les cyclones continueront de nous frapper. C’est pourquoi il a recommandé de construire des maisons solides et belles comme l’environnement, avec des toits bien fixés et dont les avant-toits ne permettront pas aux rafales de vent de tout emporter.

« L’Île a travaillé dur et s’est rétablie rapidement », a-t-il déclaré aux autorités locales et aux pêcheurs de la coopérative tout en soulignant cette réussite, et en notant : « au début on ne pouvait pas vous envoyer beaucoup d’aide parce qu’on ne pouvait même pas naviguer. Vous avez travaillé avec vos propres forces, de manière organisée. »

Dès les premières minutes, sur la plage, le président s’est enquis du nombre d’habitants et de maisons dans le village. Environ 300 habitants et 122 familles, lui a-t-on répondu. Il a également demandé si les bureaux pour les formalités d’aide fonctionnaient déjà, et si les ressources pour les réparations étaient arrivées.

Le président, qui était venu accompagné du vice-Premier ministre, Alejandro Gil Fernandez (également ministre de l’Économie et de la Planification), s’est intéressé de près aux principales préoccupations de la communauté de Cocodrilo, et en ce sens, il s’est entretenu avec la présidente du Conseil municipal de Défense, première Secrétaire du comité municipal du Parti, Zunilda Garcia Garcés ; avec l’intendant [le maire], Adiel Morera Macias et avec le président de l’assemblée municipale du Pouvoir populaire, Livan Fuentes Alvarez.

À la suite du passage de Ian, des effondrements totaux et partiels de toits se sont produits dans la zone, ainsi que d’autres dommages. Les personnes sinistrées, selon les explications données au Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste, seront aidées par les collectifs de leurs lieux de travail. Les voisins, a déclaré Diaz-Canel, pourraient également être d’une grande aide.

En réponse aux questions posées par le chef de l’État, Adiel Morera a dit que, depuis le 30 septembre, à 19h, les services d’approvisionnement en électricité et en eau ont été entièrement rétablis sur l’Île, et les communications, le lendemain.

Le président cubain a voulu savoir quand les travailleurs de la coopérative pourraient reprendre la pêche. Ils ont expliqué qu’ils devaient d’abord réparer le quai – détruit par l’ouragan – en l’assurant que, les bateaux ayant été mis en lieu sûr, étaient en bon état.

Il s’est entretenu avec les autorités locales à propos des familles qui ont été frappées par plusieurs cyclones, et ce, afin d’insister sur la nécessité de construire des habitations solides, et ainsi de solder la dette sociale en leur donnant un logement confortable, bien meilleur que ceux que l’on appelle « hébergement temporaire ».

« Ici, à Cocodrilo, tout ce que nous allons réaliser en matière de redressement doit être mieux que ce qu’il n’était. Cela doit être plus beau, plus fort, plus sûr », a déclaré le chef de l’État. Il a ensuite insisté sur l’importance de « travailler avec de bons avant-toits », et de faire les choses correctement.

Des questions essentielles telles que l’alimentation et sa durabilité, la réalisation d’un projet de redressement, « et l’amélioration progressive de l’habitat », ont été les sujets de discussion de la matinée, dont l’ordre du jour prévoyait une visite du jardin d’enfants, de la pharmacie, du cabinet médical et de l’épicerie communautaire.

C’est précisément sur ce dernier point que Diaz-Canel s’est entretenu avec les habitants, à qui il a déclaré que « tout le monde sera pris en charge ». Et à propos de la municipalité spéciale, il a ajouté : « Maintenant, il nous reste la partie la plus difficile, qui est de nous redresser en matière de nourriture et de logement. Ici, il y a un groupe de familles, dont les dommages sont partiels, à mesure que les fournitures vont arriver, elles vont se rétablir rapidement. Nous devons aussi travailler, ce qui prendra plus de temps, sur les effondrements complets de maisons, mais tout sera pris en charge.

« Nous avons l’impression qu’un bon travail a été réalisé ici », a-t-il ajouté : avant l’arrivée de l’ouragan, en étant prêts à protéger les personnes et les biens et ensuite, durant la phase de récupération. Le président a déclaré à ses interlocuteurs : « Vous avez également travaillé ici en étant très unis ; nous savons que certaines familles ont accueilli celles dont les maisons se trouvaient dans une situation plus complexe, et cela a également permis que personne ne soit laissé à l’abandon. »

« Avec la rapidité avec laquelle le travail a été mené sur l’Île, Mayabeque s’est également rétabli ; La Havane s’est rétablie et maintenant il reste Artemisa et Pinar del Rio, les lieux les plus complexes. »

Diaz-Canel n’a pas voulu mettre fin à l’échange avec les villageois sans leur dire : « Je voulais vous donner une impression très personnelle ; je n’étais jamais venu ici auparavant. Vous avez un lieu magnifique et vous avez la détermination, la volonté du gouvernement du territoire, et du Parti, de continuer à approfondir ce processus de transformation du quartier qui a commencé ici. »

Et d’ajouter : « Il en sera ainsi afin que ce lieu améliore de plus en plus l’habitat, améliore les conditions en fonction de toute la beauté dont vous disposez naturellement et je crois que ce sera un endroit très accueillant pour vous et pour ceux qui vous rendront visite ».

Une femme du village a déploré que le président soit venu « maintenant que tout est détruit ». ce à quoi il répondu qu’il reviendrait à Cocodrilo.

Une autre a profité de l’occasion pour remercier l’équipe gouvernementale « de l’Île de la Jeunesse, qui nous a soutenus en tout, et qui a été avec nous pour nettoyer tous les décombres ».

« C’est ainsi que nous, les Cubains, devons travailler : en nous entraidant », a souligné le président. Et d’ajouter : « Et c’est en travaillant dans la paix, en harmonie, en étant très solidaires et unis que nous allons gagner. »

Une autre femme a dit à Diaz-Canel que les emplois manquent dans la région. Et il lui a répondu : « Mais nous devons les créer. Où ? Dans les secteurs où la communauté en a le plus besoin : dans la production de nourriture, dans les services que nous devons ouvrir ici, dans les investissements qui peuvent être faits. »

Dans ce paysage impressionnant et lointain se trouve l’école mixte Maximo Caignet, que le chef de l’État a également visitée. Là, il a été impressionné, a-t-il dit à la presse, par la culture du détail, la propreté et la discipline. « Merci beaucoup, professeure », a dit le président avant de partir, mais non sans avoir rappelé que les changements dans un quartier en transformation doivent être adaptés aux coutumes du milieu, et aussi de ses enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s