Une société plus humaine est à la portée de notre vote

L’approche de genre, l’un des référents sur lesquels se fonde le nouveau Code des familles, défend l’égalité des droits entre les hommes et les femmes et non une guerre des sexes. Au contraire, elle contribue à une société plus humaine, plus démocratique et plus juste.

Le nouveau Code s’attache à la reconnaissance des enfants en tant que sujets de droit, ce qui ne limite pas le rôle fondamental des familles en tant que garantes de leur protection. Il ne fait que leur accorder la possibilité de grandir dans un contexte où leurs besoins socio-affectifs seront pleinement satisfaits, sans porter atteinte aux conditions optimales de leur développement physique, intellectuel et affectif.

Les couples homo-affectifs ne sont pas incapables en soi d’exercer une paternité ou une maternité responsable. Ce qui détermine si une personne est prête ou non à exercer ce rôle ne dépend pas de son orientation sexuelle, mais du fait qu’elle dispose ou non des conditions personnelles, subjectives, morales et économiques qui lui permettent d’offrir à ses enfants un cadre de vie sûr, aimant et sain.

La gestation solidaire, protégée par la loi contre le danger de pratiques qui la déshumanisent ou permettent la commercialisation du corps des femmes, rend possible le rêve d’avoir des enfants pour ceux qui ne le pourraient pas autrement.

Les hétérosexuels ont historiquement eu la possibilité de choisir un partenaire en fonction de leurs goûts et de leurs affects. Cela ne devrait pas être le privilège de certains d’entre nous seulement, mais un droit pour tous.

José Marti, qui est né et a vécu à une époque très différente de la nôtre, parlait d’une Cuba avec « tous et pour le bien de tous ». Aujourd’hui, nous ne pouvons pas construire une telle nation si nous excluons des Cubains de droits importants en raison de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle, si nous ne prenons pas en compte les enfants comme sujets de droit, si nous ne créons pas toutes les conditions possibles pour célébrer le miracle de la vie et la création de familles, même dans les cas où la nature rend la chose difficile. Une société dans laquelle on ne mettra pas d’obstacles à l’amour et où les opportunités pour tous seront élargies est à notre portée.

Certains groupes de pouvoir ont, historiquement, imposé leur conception particulière des relations humaines, fondée sur des intérêts très spécifiques, politiques, économiques et de classe. Cela date d’une époque plutôt sombre et lointaine de l’histoire de l’humanité, durant laquelle l’intimité des gens et leur façon de vivre la sexualité devint l’objet d’un examen public. On chassa comme des sorcières les femmes qui prenaient le droit de contrôler les naissances en décidant de leur corps. On rédigea des manuels sur ce qu’il était permis ou pas de faire dans le lit conjugal et les gens devaient rendre des comptes à ce sujet, entre autres pratiques.

Les réminiscences de ce passé violent sont encore présentes aujourd’hui, mais nous sommes de plus à même de le laisser derrière nous. Tout changement génère de la peur, et de toute peur naissent des angoisses et des résistances. Il n’y a pas de mal à douter, mais face à la possibilité de nous donner une société plus humaine, plus libre et plus juste, nous avons la responsabilité en tant que citoyens de nous informer et de prendre conscience que notre vote Oui peut faire la différence.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s