Haïti dans une impasse ?

L’attentat contre le Premier ministre haïtien Ariel Henry et sa délégation lors des célébrations du 218e anniversaire de l’indépendance dans la ville de Gonaïves démontre une détérioration du climat politique et social dans ce pays des Caraïbes, mais aussi que les règlements de comptes pour avoir été le premier pays du continent à proclamer son indépendance se poursuivent.

C’est la deuxième fois en moins de six mois qu’Ariel Henry a dû fuir au milieu des tirs, après l’incident du 17 octobre dernier, à l’occasion de la commémoration de la mort du leader indépendantiste Jean-Jacques Dessalines.

Nous sommes face à une société vulnérable qui attend toujours que les autorités concluent l’enquête de police sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021, bien que des dizaines de personnes aient déjà été arrêtées, dont 18 Colombiens et deux Étasuniens.

Rappelons que Moïse était arrivé au pouvoir en février 2016 après deux élections jugées frauduleuses, la seconde avec le vote de 20 % de l’électorat seulement. En 2020, il aurait dû abandonner la présidence, mais faisant valoir son entrée tardive au pouvoir, il avait décidé d’allonger son mandat.

Depuis son assassinat, le pays a connu une crise politique, économique et sociale de plus en plus alarmante, aggravée par une vague de violence avec une centaine de meurtres et plus de 900 enlèvements en 2021, dont celui des 17 missionnaires étasuniens et canadiens enlevés par le gang Mawozo 400.

Les bandes armées ont étendu leurs zones de contrôle, bloquant à leur convenance l’accès à Port-au-Prince et menaçant de tuer les principaux dirigeants gouvernementaux, sociaux et syndicaux pour les obliger à abandonner leur poste.

À cela s’ajoutent la corruption incontrôlée, la hausse de plus de 115 % du prix des carburants et l’augmentation du coût de la vie, à savoir 24,6 % en novembre dernier, et le fait que quelque 3,3 millions d’Haïtiens n’ont pas accès à l’eau potable, un problème qui s’est aggravé après le tremblement de terre du 14 août.

Les prix des carburants sont montés en flèche après le retrait des subventions à partir du 10 décembre 2021. La situation a provoqué des protestations massives et les manifestants ont érigé des barricades et bloqué des rues pour dénoncer cette mesure qui va de facto augmenter le prix des produits de première nécessité.

Ce pays frère des Caraïbes souffre dans ses veines ouvertes d’un processus de décolonisation avorté et dans lequel sont intervenues les puissances colonisatrices, qui ont imposé une république dépendante et néocoloniale, avec un système qui a approfondi la douleur d’un peuple qui a besoin de se retrouver et construire un meilleur destin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s