L’entreprise étatique socialiste est notre principale source de richesse, de bien-être et de prospérité

Le Premier Secrétaire du Comité Central du Parti Communiste et président de la République, Miguel Diaz Canel Bermudez, a tenu un nouvel échange avec des cadres du système d’entreprises d’État, où il a analysé la mise en œuvre de la Tâche de réorganisation depuis une approche d’entreprise, et les résultats des mesures de renforcement de ces entités.


L’entreprise d’État, en tant que principal acteur de l’économie cubaine, est sans aucun doute la principale source de richesse, de bien-être et de prospérité de notre société, et a donc fait l’objet des principaux changements et mesures économiques et organisationnels au cours de la dernière étape, comme il se doit pour le gestionnaire des moyens de production et des services fondamentaux du socialisme, qui appartiennent au peuple.
Malgré le durcissement du blocus économique, commercial et financier exercé par le gouvernement des États-Unis contre Cuba, les 243 mesures imposées par l’administration Trump et maintenues intactes par son successeur Joseph Biden, et malgré les effets de la pandémie de COVID-19, les fruits de ces transformations sont cependant loin d’être ceux escomptés.
L’entreprise étatique socialiste a fait l’objet de transformations et de mesures politiques majeures, mais dans nombre d’entre elles, on a du mal à reconnaître – notamment certains dirigeants et travailleurs – qu’ils sont également les principaux sujets de ces changements.

Le président Miguel Diaz-Canel, le Premier ministre Manuel Marrero Cruz et le vice-Premier ministre Alejandro Gil Fernández, ministre de l’Économie et de la Planification, ont abordé cette question de manière critique.
L’échange a également été conduit par Salvador Valdés Mesa, vice-président de la République, et Joel Queipo Ruiz, membre du Secrétariat du Comité central du Parti et responsable de son Département économique. Le vice-Premier ministre Ricardo Cabrisas Ruiz, plusieurs ministres et d’autres autorités étaient également présents.
UNE QUANTITÉ DE CHANGEMENTS CONSIDÉRABLE
Le point central de la réunion a été le rapport présenté par le camarade Marino Murillo Jorge, responsable de la Commission permanente pour la mise en œuvre et le développement des Orientations, qui a souligné que de nombreux changements sont intervenus au cours des mois qui se sont écoulés depuis le début de la Tâche de réorganisation.
Au cours de cette période, a-t-il expliqué, plus de 250 décisions ont été prises et 145 normes juridiques ont été publiées ou modifiées dans le cadre du suivi de la Tâche. Il s’agit notamment de mesures liées aux processus d’ajustement et de rectification des problèmes de conception et de mise en œuvre, ainsi que de mesures visant à remédier aux déviations découlant du contexte économique difficile causé par l’aggravation du blocus et de la pandémie.
Faisant le point des résultats de la Tâche de réorganisation dans le système des entreprises jusqu’en juin dernier – certaines analyses couvraient également jusqu’en août -, il a indiqué, entre autres données, que 488 entreprises ont déclaré des pertes.
Quatre-vingt-deux pour cent sont concentrés dans le secteur agricole, dans le groupe sucrier (Azcuba), dans les entreprises provinciales, dans les sociétés subordonnées aux gouvernements territoriaux, dans le groupe sidérurgique (Gesime) et dans le groupe agroalimentaire (Geia).
Murillo Jorge a signalé que l’un des problèmes essentiels dans la mise en œuvre de la Tâche a été l’inflation, qui est beaucoup plus élevée que prévu, ce qui a conduit au fait que la principale plainte de la population concernant la mesure appliquée à partir du 1er janvier de l’année dernière concerne le rapport salaire/prix.
L’analyse du responsable de la Commission de mise en œuvre a été suivie de la mise en garde de certains responsables d’organisations d’entreprises, concernant un « détail » non négligeable : parmi les « perdantes » et les « gagnantes » (la majorité de celles qui ont opéré au cours de la période), il y a pas mal d’entreprises similaires. Alors pourquoi certaines entreprises font-elles des bénéfices et d’autres similaires n’en font pas ?
LA CLÉ EST DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR
Faisant référence aux résultats positifs (y compris les bénéfices) de l’Industrie cubaine du meuble, qui a pu fabriquer une grande partie des meubles demandés par l’industrie du tourisme – avec un financement préalable de ce secteur – le président Diaz-Canel a souligné la nécessité de produire des assortiments de ce type pour la population et de les vendre en pesos cubains (CUP).
Les revenus en monnaie librement convertible (MLC) que cette industrie reçoit pour se reconstituer doivent également servir à engendrer les productions les plus diverses pour le marché national, ce qui nécessite de tirer parti même des sous-produits.
En exposant un concept général pour l’ensemble du système des entreprises d’État, Diaz-Canel a souligné qu’il faut défendre l’essence de notre travail ». Les mesures prises pour que l’entreprise socialiste puisse disposer de davantage de devises étrangères, y compris ce qu’elle vend en MLC sur le marché intérieur, sont destinées à lui permettre de fournir davantage de biens et de services à la population, a-t-il rappelé.
Le chef de l’État s’est dit convaincu qu’elle peut être rentable et satisfaire la demande de la population. Nous devons penser à l’avenir, mais aussi au présent, et nous réorganiser pour produire davantage pour le marché en monnaie nationale, a-t-il ajouté.
À cet égard, il a rappelé que l’exportation est une nécessité, mais qu’elle doit être considérée comme un moyen d’obtenir des devises étrangères, qui représentent est une source pour augmenter la production nationale pour le marché intérieur.
Ces entreprises doivent, dans le même temps, être en mesure de créer et développer des enchaînements productifs au sein de l’économie afin de remplacer les importations.

Mais pour ce faire, a-t-il poursuivi, il faut que l’innovation soit une priorité dans nos entreprises. La force du socialisme réside dans l’entreprise d’État socialiste, et nous devons être ceux qui donnent le ton, nous devons être une source d’inspiration.
Qui génère le plus d’emplois dans notre système ? L’entreprise d’État. Qui investit le plus ? L’entreprise d’État. Nous devons donc faire plus de recherche, plus de développement ; nous devons être plus innovants.
Et la principale innovation dont l’entreprise d’État socialiste a besoin est l’innovation organisationnelle. Et tout cela – a-t-il ajouté – figure dans les documents recteurs de la nation, et dans la Constitution de la République, car l’entreprise étatique socialiste fait partie de notre système politique.
FAIRE LES CHOSES DIFFÉREMMENT
« Il nous faut secouer le secteur des entreprises d’État », a souligné le chef du gouvernement de la République, Manuel Marrero Cruz, en se référant au Rapport central présenté par le général d’armée Raul Castro Ruz et au discours de clôture du Premier secrétaire, Miguel Diaz-Canel Bermudez, lors du 8e Congrès du Parti communiste de Cuba.
Le Premier ministre a souligné que les mesures prises pour assurer une plus grande autonomie à ces entreprises et de nombreuses autres souplesses dans la prise de décision ont donné à l’entreprise d’État – à ses cadres et à ses travailleurs – des éléments suffisants pour aller de l’avant, mais la réponse n’a pas encore atteint la vitesse nécessaire.
Le système d’entreprises est doté d’outils suffisants pour opérer des transformations profondes, mais bon nombre des décisions prises ne sont pas mises en œuvre, a-t-il reconnu. Nous devons faire les choses différemment, et nous devons aussi donner aux travailleurs un rôle plus important dans ces changements, les écouter davantage, mais nous n’arrivons pas encore à créer ces espaces, le bureaucratisme persiste, tout comme les anciennes méthodes.
TOUT EST DANS LA CONSTITUTION DE LA RÉPUBLIQUE
Dans les conclusions de la réunion, le Premier secrétaire a considéré l’échange de ce samedi avec le secteur des entreprises comme une nouvelle étape dans l’objectif de poursuivre la transformation, la consolidation et le renforcement du système des entreprises d’État en tant qu’agent principal de l’économie socialiste.
Renforcer leur rôle d’acteur fondamental est une obligation constitutionnelle, a-t-il indiqué, en lisant et en commentant quatre articles de notre Constitution qui établissent des lignes directrices sur le fonctionnement de l’économie nationale, le régime de propriété, la participation des travailleurs, le rôle de la science, de la technologie et de l’innovation, et le principal sujet économique.
Concernant l’article 18 de la Constitution de la République, qui établit à Cuba « un système d’économie socialiste basé sur la propriété par tout le peuple des moyens fondamentaux de production comme forme principale de propriété », il a rappelé que les entreprises d’État représentent le peuple dans l’administration de ces moyens fondamentaux. Nous devons intérioriser cet article, chercher et assumer sa connotation et sa signification, a-t-il souligné.

En ce qui concerne l’article 20, qui stipule que « les travailleurs participent aux processus de planification, de régulation, de gestion et de contrôle de l’économie » et la loi « réglemente la participation des collectifs de travail à l’administration et à la gestion des entités de l’entreprise publique et des unités budgétisées », il a souligné que pour qu’il y ait une participation et des contributions démocratiques – qui sont très nécessaires – il faut créer des espaces de débat suffisants où les travailleurs peuvent exprimer leurs opinions, leurs propositions et leurs mécontentements.
Une fois ces espaces créés, a expliqué Diaz-Canel, « nous devons en créer d’autres qui nous permettent de mettre en œuvre tout ce qui a été discuté. Il ne doit pas seulement s’agir de décisions administratives, mais aussi la prise de conscience des travailleurs que ce qui a été convenu entre tous doit être réalisé, ainsi que le rôle que chacun a dans la mise en œuvre de ce qui a été convenu. »
Une troisième condition pour la gestion participative dans une entreprise, a ajouté le Premier secrétaire, « est qu’il doit y avoir une transparence dans ces processus, et pour qu’il y ait transparence, il doit y avoir une responsabilité, tant de la part de ceux qui dirigent les entreprises que de la part des collectifs de travailleurs. »
Ces processus de reddition de comptes exigent à leur tour la transparence de l’information économique, des décisions qui sont prises. Lorsque nous articulons ces trois types d’espace (pour le débat, pour la mise en œuvre et pour la responsabilité) dans une entreprise, alors il y a participation.
Concernant l’article 21 de la Constitution de la République, qui stipule que « l’État encourage le progrès de la science, de la technologie et de l’innovation en tant qu’éléments essentiels du développement économique et social », le président Diaz-Canel a fait remarquer que, dans le système des entreprises étatiques, la promotion et l’utilisation de la recherche scientifique et de l’innovation pour résoudre les problèmes sont encore insuffisantes.
La première personne qui doit défendre la science et l’innovation et la politique qui existe en la matière dans une entreprise est son directeur. Avoir une culture de l’innovation implique d’abord de savoir de quelle main-d’œuvre qualifiée dispose l’entreprise, y compris les jeunes, qui arrivent bien formés et très motivés, mais parfois, à cause du traitement qu’on leur réserve, ils quittent l’entreprise.
La deuxième chose est de créer un conseil technique consultatif qui soit autonome, qui mette sur la table les contradictions qui existent dans l’entreprise et qui fasse des propositions, mais pour ce faire il faut qu’il y ait des gens audacieux, des gens « mal à l’aise » – comme on dit – des gens qui me remettent en question en tant que chef d’entreprise, et non pas « qui disent oui » à tout ce que je dis.
La recherche et l’innovation dans une entreprise passent aussi par le financement de cette activité, c’est ce qui nous apportera de nombreuses solutions, a souligné le Premier secrétaire.
En ce qui concerne l’article 27 de la Constitution, qui stipule que « l’entreprise d’État socialiste est le sujet principal de l’économie nationale ». « Cette entreprise est autonome dans son administration et sa gestion ; elle joue le rôle principal dans la production de biens et de services et assume ses responsabilités sociales », a affirmé Diaz-Canel en leur demandant d’analyser comment ces préceptes sont respectés dans leurs entreprises.
Se référant au concept de « responsabilité sociale » et évoquant la transformation qui s’opère dans les quartiers, menée par les habitants eux-mêmes avec le soutien des entités, il a souligné qu’aucune entreprise ne peut rester insensible aux problèmes qui existent dans les quartiers où elle est implantée.
« Pouvez-vous ignorer que de nombreux travailleurs d’une entreprise vivent dans ces quartiers, ou à proximité, ou dans d’autres qui connaissent les mêmes problèmes, et que beaucoup de vos travailleurs peuvent être vulnérables ? Pouvez-vous ignorer ces problèmes lorsque l’entreprise peut soutenir cette communauté sans enfreindre quoi que ce soit de ce qui a été établi, en prévoyant dans les budgets des actions qui peuvent apporter des améliorations à cette communauté ? », a demandé le président Diaz-Canel. L’entreprise d’État représente également l’État cubain à cet endroit, a-t-il rappelé.
À propos du précepte constitutionnel selon lequel « l’entreprise d’État socialiste joue le rôle principal dans la production de biens et de services », il a invité les chefs d’entreprises à se demander où ils en sont dans la réalisation de l’article 27 – quelles que soient les limitations – lorsqu’il y a une énorme pénurie de biens et de services pour la population du pays.
Abordant la question de l’autonomie de l’entreprise publique socialiste, un autre mandat constitutionnel, il a souligné que des décisions ont été prises en sa faveur ; cependant, nous avons encore des éléments d’autonomie qui sont brisés parce qu’il n’y a toujours pas de relation adéquate entre les organes de l’administration centrale de l’État (OACE)/les organisations supérieures de l’administration des entreprises (OSDE)/les entreprises, mais aussi – a-t-il dit – parce qu’il y a des entreprises qui ne profitent pas de l’autonomie qui leur a été accordée et qui attendent toujours des orientations d’ « en haut ».
Au début de son discours de clôture de la réunion avec le secteur des entreprises du système étatique, le président Diaz-Canel a rappelé que ces réunions avaient déjà été systématisées tous les trimestres dans d’autres formats, mais qu’elles auront désormais lieu au moins une fois par mois, dans des compositions et des thèmes différents.
S’agissant du principal acteur de l’économie, a-t-il dit, « tout ce que nous pouvons discuter, tout le consensus que nous pouvons construire avec l’expérience de chacun, avec les opinions de chacun, est très utile et nécessaire pour pouvoir prendre des décisions qui nous permettent d’avancer dans l’objectif de continuer à transformer, consolider et renforcer le secteur des entreprises publiques ».
Renforcer l’entreprise d’État en tant qu’acteur fondamental de notre modèle économique et social socialiste – a-t-il ajouté – n’est pas seulement une définition économique, c’est une définition politique, c’est renforcer le rôle qui doit être joué par un acteur qui représente une partie importante du concept de propriété étatique socialiste des principaux moyens de production.
Si nous ne développons pas l’entreprise publique socialiste, a défini Díaz-Canel, « alors nous ne construisons pas le socialisme ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s