À Cuba, ce sont les Cubains qui commandent

Comme sur les sables de Playa Giron, Cuba défendra son droit à être libre et indépendante. Photo: Granma Archive

La Havane, 18 avril – Cuba « ne changera pas d’attitude face à ceux qui brandissent une épée contre nous. Nous, les Cubains, ne nous rendons pas et n’acceptons pas non plus les lois sur notre destinée qui seraient en dehors de la Constitution. À Cuba, ce sont les Cubains qui commandent. Cuba fait confiance à ses forces et à notre dignité » a déclaré le président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, sur son compte Twitter.

Le président répondait ainsi à l’annonce faite par le gouvernement de Donald Trump qu’à partir du 2 mai, sera appliqué « le droit d’engager des poursuites en vertu du Titre III de la loi sur la liberté », ainsi qu’aux déclarations du Secrétaire d’État, Mike Pompeo, publiées dans un message sur le site officiel du Département d’État des États-Unis.

Le ministre des Relations extérieures Bruno Rodriguez Parilla a déclaré le 17 avril que Cuba qualifiait la décision étasunienne d’« escalade agressive » et considérait comme « pathétique et ridicule » le discours prononcé par le Conseiller à la Sécurité nationale John Bolton à Coral Gables, Miami, devant les membres de la brigade 2506 [mercenaires qui participèrent à l’invasion par Playa Giron].

Une scène totalement délirante, durant laquelle un haut responsable du gouvernement yankee, à Miami, devant un « public choisi » formé par des apatrides, confirme le soutien du président, avec un langage d’un autre temps et des idées qui ne lui appartiennent pas : il parle de liberté au nom d’un gouvernement qui la viole, l’agresse et la méprise. Il promet l’impossible.

« La troïka de la tyrannie [Cuba, Venezuela, Nicaragua] commence à s’effondrer », dit-il et il se réjouit devant les applaudissements des « vétérans ». « Nous appliquons les sanctions de manière transparente » et c’est vrai, l’empire montre clairement son essence. Les mercenaires qui « fêtent » avec Bolton le jour où ils ont mordu la boue lors de la défaite d’avril 1961, écoutent avec jubilation la liste des mesures mises en œuvre contre le peuple qui les a vus naître : application du Titre III, visant clairement l’application du Titre IV ; cinq ajouts à la Liste des entités cubaines avec lesquelles il est interdit de faire des affaires ; mesures du Département du Trésor sur les restrictions de voyage pour des raisons non familiales à Cuba ; modifications afin de mettre un terme aux transactions qui permettent aux Cubains d’avoir recours au système financier des États-Unis pour effectuer des transferts internationaux et l’usage du système financier étasunien par le gouvernement et imposition d’une limite sur les envois d’argent des immigrants cubains à leur famille : mille dollars US, par personne tous les trois mois.

Avec une arrogance absolue, le Conseiller à la Sécurité nationale annonce que « les sanctions à l’encontre du Venezuela ont pour double objectif d’interrompre le flux de pétrole brut subventionné du Venezuela vers Cuba et d’affaiblir les « régimes » de Maduro et de Diaz-Canel ».

Et de conclure par un véritable « joyau » oratoire : « Cette région doit être libérée du despotisme et de la domination extérieure ». Il n’a jamais dit de plus grande vérité : Cuba et le Venezuela sont libres du despotisme et de la domination extérieure et la région et le monde le seront. Bolton promet l’impossible parce qu’ils n’auront jamais ni Cuba ni le Venezuela. La Doctrine Monroe a été enterrée dans les sables de Playa Giron ce glorieux 19 avril 1961.

Source: Granma International

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s