Le XXème Festival du Cinéma français : « le plus grand que nous avons fait »

La Havane, 27 avril  — Aujourd’hui sera inauguré le Festival du Cinéma français à Cuba. Lors de cette douzième édition il y aura des séances dans douze sièges de la capitale et onze d’autres provinces du pays, où seront passés cinquante films durant plus d’un mois.

Pour l’ouverture de l’événement ce soir à 20h30 il est prévu la comédie Comme un avion (2015), de Bruno Podalydes, film candidat au prix Luis Delluc.

Lors d’une conférence de presse tenue au Centre Fresa y Chocolate en présence de M. Philippe Murcia (attaché culturel de l’ambassade de la France), M. Edouard Mornand (délégué général de l’Alliance française à Cuba), et Mme. Rosario Parodi (directrice des affaires culturelles de l’Alliance française), M. Tony Mazón, programmateur de la Cinémathèque de Cuba, a déclaré : « c’est le festival le plus grand que nous avons fait ».

A partir de demain, toutes les salles obscures de Proyecto 23, deux salles de Multicine Infanta, la Fondation du nouveau Cinéma latino-américain et cinq sièges secondaires dans la capitale projetteront le programme qui comprend 17 premières, tant des long-métrages de fiction que des documentaires importants et 4 long-métrages animés dont Le petit Prince (2015), adressé aux enfants et aux adolescents.

En plus trois comédies de culte seront passées : La chèvre (Francis Veber, 1981), avec les interprétations de Gérard Dépardieu et Pierre Richard ; Le Sauvage (Jean- Paul Rappeneau, 1975) ; et enfin OSS 117 : Rio ne répond plus (Michel Hazavanicius, 2009).

Ce programme sera enrichi par un hommage au prestigieux directeur, producteur et acteur Jean-Pierre Melville à l’occasion de son centenaire. Il a été le réalisateur des films emblématiques Le Samouraï (1967) et Le Cercle rouge (1970).

L’hommage à ce grand cinéaste commencera demain à 18h avec une conférence au cinéma 23 y 12 par M. Laurent Grousset, directeur de la Fondation Melville et son petit-fils, et ensuite sera projetée une copie restaurée et numérisée du film L’Armée des ombres (1969).

Les 29 et 30 avril, ainsi que du 3 au 7 mai, au cinémas 23 y 12 et La Rampa on passera les films Le Silence de la mer (1949), Vingt-quatre heures de la vie d’un clown (1946), et Léon Morin, prêtre (1961), tous également de Melville.

En même temps un hommage sera rendu à la célèbre directrice Agnès Varda et à son mari, le réalisateur Jacques Demy, avec une rétrospective de long-métrages et court-métrages représentatifs de ces deux cinéastes, également à La Rampa et 23 y 12.

Varda sera au centre d’un hommage en plus avec une exposition de photographies intitulée Varda/Cuba/Cinéma, qui a été affichée auparavant au Centre Pompidou de Paris l’année dernier. Maintenant les photographies seront exposées au Bâtiment de l’Art cubain du Musée national des Beaux-arts du 29 avril jusqu’au 10 juillet.

M. Jorge Fernández, directeur de cette institution, a commenté que cette exposition (dont il est le commissaire avec M. Clément Chéroux et Mme. Karolina Ziebinska-Lewandowska) sera enrichie à cette occasion en ajoutant un ensemble de matériaux de la cinéaste cubaine Sara Gómez, qui a travaillé avec Varda lors de son séjour à Cuba.

Cent dix photographies prises par Varda à La Havane et plusieurs d’autres lieux de l’île, ainsi que le film Salut les Cubains (1964), réalisé avec des images animées au rythme des congas et un texte dans la voix de l’artiste et acteur français Michel Piccoli, composent l’ensemble visuel.

Source: Cubarte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s