Le gratte-ciel terrible

Pedro Luis Lazo avec le t-shirt du team Cuba et son redoutable numéro 99

José Luis Lazo a été un des pitchers le plus impressionnant du baseball cubain. Ses résultats le témoignent. Il était tout un personnage. Il n’attendait pas entre chaque lancer et désespérait les frappeurs.

La Havane, 17 mars – Il était tout un personnage. Il n’attendait pas entre chaque lancer et désespérait les frappeurs. Il plaisantait comme tout bon cubain de la rue. Sur sa chemisette figurait un numéro qui était bien petit  pour lui, le 99, et pas seulement à cause de sa taille d’1m 92. Quelqu’un le surnomma le gratte-ciel de Cuba, dans un pays où ce type de bâtiment n’existait pas, mais il en a construit un où habitaient onze millions de cubains et il va s’appeler pour tous les temps Pedro Luis Lazo.

Ce pinareño, auteur d’innombrables débordements de joie au baseball cubain, travaillait la terre avec son père. Il entre ensuite à l’École d’Initiation Sportive (EIDE) d’où il fut expulsé en raison de son faible rendement. Mais cela n’a pas été un obstacle le détournant de son désir de jouer au baseball.

Pendant la série 1990-1991, Pedro Luis Lazo a fait ses débuts avec l’équipe des Forestales, deuxième équipe de Pinar del Rio et à partir de ce moment, les seules expulsions qu’il subira seront sur les terrains  à cause de son caractère qui, quoique plaisant, l’entraînait à discuter avec les arbitres lors des jeux controversés.

A partir de 1995, Lazo est devenu un joueur régulier dans la sélection nationale de baseball. Il est devenu le seul joueur de baseball au monde cumulant quatre finales olympiques et quatre médailles,deux  d’or et deux d’argent.

Ce pinareño présente des chiffres très intéressants. Il a à son compte le maximum de matchs remportés en séries nationales, raison pour laquelle il a retardé d’un an sa retraite pour pouvoir briser le record en vigueur à ce moment-là et bien sûr gagner sa dernière série nationale. Paradoxalement elle n’est survenue qu’une année après sa retraite. Ça ne veut pas dire qu’il soit parti sans être couronné champion des séries nationales car il faisait partie de cette immense équipe de Pinar del Rio qui pendant deux années de suite, en 1997 et 1998, remporta le titre national.

Pedro Luis Lazo cumule 2426 retraits à vie, dépassé seulement par Rogelio Garcìa. Toute une épreuve que d’affronter ses lancers. Également, dans les play off (éliminatoires) de séries nationales il a été parmi les lanceurs  les plus renommés, titulaire de 29 victoires, 7 matchs sauvés, 6 matchs sans permettre des coups de circuit et 311 retraits. Il détient également à vie, un taux d’efficacité inférieur à 3.50 points par match.

Sa trajectoire Internationale est très semblable à son parcours en séries nationales. Il a gagné 22 matchs devant des équipes étrangères, en a perdu seulement 2 et en a sauvé 31. Un de ces matchs perdu a été celui devant les Orioles de Baltimore dans le stade Latinoameriano, le principal stade de Cuba, plein à craquer.

Après 20 saisons, Lazo a pris sa retraite officiellement le 26 décembre 2010. On le voit parfois dans le stade de Pinar del Rio lors des matchs de son équipe, souriant comme toujours. Ceux qui l’ont vu jouer restent nostalgiques de voir à nouveau le gratte-ciel, s’élançant vers le marbre pour donner au 27ème out un goût de retrait au bâton.

Source: Cuba24Horas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s