Les dommages causés par le blocus nord-américain à l’agriculture cubaine

cuba-agriculturaLa Havane, 11 novembre – Le rapport sur les dégâts causés par le blocus économique, commercial et financier des États-Unis au secteur de l’agriculture a été présenté lors d’une conférence de presse organisée par le ministère de cette branche (Minag), à laquelle assistaient des journalistes de la presse nationale et internationale.

Luis Montero Mustelier, et Juan Jose Leon Vega, chef de la communication institutionnelle, et le responsable de la délégation des Affaires internationales au Minag, respectivement, ont donné des informations sur les pertes causées par le blocus entre avril 2015 et mars 2016.

Les principaux indicateurs : le manque à gagner au titre des exportations et des services, les pertes pour avoir dû rechercher de nouveaux marchés éloignés géographiquement, les dommages à la production et aux services monétaires et financiers et pour le manque d’accès à la technologie, l’encouragement à l’émigration et la fuite des cerveaux.

Pour mieux refléter les dommages subis, ils ont pris comme exemple quelques entreprises.

Dans le cas du Groupe Fruticola, on observe une chute des exportations de 11 % (104,9 tonnes), due aux conditions climatiques à Cuba et aux retards dans l’acheminement vers le marché européen.

Le groupe Labiofam, spécialisé dans l’industrie pharmaceutique, a également subi des pertes qui s’élèvent à plus de 89 millions de dollars, du fait, par exemple, qu’il ne peut avoir accès au marché nord-américain pour commercialiser le Vidatox 30CH, un médicament auquel les malades étasuniens souffrant de cancer ne peuvent accéder.

Autre exemple : le Groupe Tabacuba. Si notre pays pouvait exporter les cigares Premium sur le marché nord-américain, les ventes pourraient atteindre 50 millions d’unités, avec une augmentation progressive pendant environ 10 ans, jusqu’à atteindre les 180 millions, proche du quota du marché mondial de ce produit, à savoir de 65 à 70%.

Par ailleurs, l’Entreprise de production et de commercialisation des semences du Groupe d’entreprises Agricola s’est vu contrainte d’importer l’année dernière plus de 15 100 tonnes de pommes de terre, entre autres produits, de marchés européen et canadien, avec des frais de transport qui se sont élevés à plus d’un million de dollars.

Le secteur de la production de cacao et de café a également été touché par les mesures du blocus. En effet, alors que le pays était un important exportateur au niveau mondial, aujourd’hui, la production a diminué à cause du manque d’intrants pour les plantations.

Quant au Groupe d’entreprise Ganadero, notamment dans le secteur porcin, sa production de viande a diminué de plus de 2 000 tonnes, pour une perte de 2 652 600 dollars, car il n’a pas accès aux technologies de pointe nord-américaines comme les systèmes de fabrication et de distribution de nourriture, les médicaments et autres intrants.

Tous ces exemples reflètent, d’une manière ou d’une autre, les dommages provoqués par le blocus criminel imposé par les États-Unis à Cuba, qui se sont soldés par des pertes de plusieurs millions de dollars.

Cette année, les pertes sont estimées à plus de 490 millions de dollars, soit 34,4 millions de dollars de plus que l’an dernier.

Source: Granma International

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s