Le Festival de Ballet de La Havane: un héritage de la sublime Alicia Alonso

Alicia Alonso, qui a fêté son 95e anniversaire en décembre dernier, ferme le défilé d’inauguration et salue heureuse un public qui l’admire avec passion. Foto: Nancy Reyes

Alicia Alonso, qui a fêté son 95e anniversaire en décembre dernier, ferme le défilé d’inauguration et salue heureuse un public qui l’admire avec passion. Foto: Nancy Reyes

La Havane, 7 novembre – Deux dates marquent depuis plus de 50 ans le Festival international de ballet de La Havane : son inauguration tous les 28 octobre et le gala de l’incontournable Giselle le 2 novembre.

Ces deux dates célèbrent des repères dans l’histoire du ballet à Cuba. La première, le 28 octobre, se réfère à 1948, lorsque la première compagnie professionnelle dans l’histoire du pays, fondée par Alicia, Fernando et Alberto Alonso, composée à l’époque de 30 danseurs, dont seulement 11 Cubains, se présenta sur la scène du Théâtre Auditorium de La Havane.

Ce sera la flamme qui, en quelques décennies, allait faire de cette troupe, aujourd’hui Ballet national de Cuba (BNC), l’une des meilleures compagnies dans le monde, à l’origine de la très célèbre École cubaine de ballet, née au sein de l’Académie Alicia Alonso, fondée en 1950, pour former des danseurs cubains.

La graine a donné ses fruits, que l’on a appréciés et applaudis lors du gala d‘inauguration du Festival, lorsque les enfants de la chaire de ballet, les étudiants de l’École nationale et toute la compagnie ont défilé sur la scène du Grand théâtre de La Havane Alicia Alonso, sous la direction du chorégraphe Alberto Mendez.

La première représentation a offert un petit échantillon des raisons qui situent la compagnie cubaine parmi les premières du monde, aussi bien pour le soin particulier apporté aux ballets classiques – à cette occasion la suite de La Belle au bois dormant, dansée par les premiers danseurs Anette Delgado et Dani Hernandez –, que dans sa capacité à danser des ballets contemporains.

Le ballet Oscurio, de la chorégraphe invitée, Annabelle Lopez Ochoa. Une première mondiale pour le gala d’inauguration du Festival, dansé par Viengsay Valdes et Ariel Martinez Foto: Nancy Reyes

Le ballet Oscurio, de la chorégraphe invitée, Annabelle Lopez Ochoa. Une première mondiale pour le gala d’inauguration du Festival, dansé par Viengsay Valdes et Ariel Martinez Foto: Nancy Reyes

Un exemple de cette versatilité : la première mondiale du ballet Oscurio, une sorte d’anagramme des mots « oscuro » et « curioso » de la chorégraphe belge-colombienne, Annabelle Lopez Ochoa. Une étude en noir et blanc, avec jeux d’ombres et de silhouettes, sur une musique électronique, dans laquelle excella la première danseuse Viengsay Valdes, d’une incontestable virtuosité.

Annabelle Lopez Ochoa avait déclaré dans une interview avec notre publication qu’elle avait souhaité montrer que « les gens sont divisés en deux et qu’ils ont peur d’affronter leur côté sombre, alors que nous sommes les deux parties : la positive et la négative. Il s’agit d’un dialogue intérieur ».

L’autre date importante du BNC est le 2 novembre. Ce jour-là, en 1943, la jeune Alicia Alonso, alors membre de la troupe de Ballet Théâtre, à peine convalescente d’une opération aux yeux, accepta le défi de remplacer la danseuse étoile Alicia Markova dans le rôle de Giselle. Bien qu’Alicia Alonso ait toujours refusé de reconnaître sa préférence pour un ballet, il est indéniable que Giselle l’a portée définitivement au firmament de l’art de la danse.

Cette année d’ailleurs, on célèbre à Paris le 175e anniversaire de la première de cette œuvre, l’un des plus purs joyaux du ballet romantique et le 205e anniversaire de la naissance de Théophile Gautier (1811-1872), qui, avec Jules-Henri a écrit le livret, à partir d’une légende allemande populaire, recueillie par Heinrich Heine.

La première danseuse Anette Delgado a assumé le rôle de Giselle, une œuvre emblématique du Ballet national de Cuba. Dans le premier acte, elle fut la simple paysanne. Foto: Nancy Reyes

La première danseuse Anette Delgado a assumé le rôle de Giselle, une œuvre emblématique du Ballet national de Cuba. Dans le premier acte, elle fut la simple paysanne. Foto: Nancy Reyes

Pour le Festival, le rôle de Giselle sera interprété par la danseuse étoile Anette Delgado, romantique par excellence, dont l’élégance et la fragilité lui permettent l’illusion d’une double interprétation de la paysanne devenue willis.

Avec ses cinq décennies d’histoire, le monde de la danse tourne de nouveau son regard vers La Havane, où d’importantes compagnies et des solistes de différents pays donnent à ce Festival un intérêt spécial.

Diversión of Angels, l'une des pièces maîtresses de la compagnie Martha Graham pour son retour à La Havane après 75 ans. Foto: Yailin Alfaro

Diversión of Angels, l’une des pièces maîtresses de la compagnie Martha Graham pour son retour à La Havane après 75 ans. Foto: Yailin Alfaro

Rappelons un événement singulier : le retour à La Havane après 75 ans de la compagnie Martha Graham, un fait que la pionnière de la danse contemporaine a rappelé dans ses mémoires Bloody memories.

La compagnie étasunienne est revenue avec un programme varié qui comprend des pièces classiques de Graham, comme Dark Meddow Suite, Diversion of Angels et Errand into the maze, un duo qui fut par ailleurs l’un de ses rôles les plus importants, et des pièces de nouveaux chorégraphes, comme Lamentation Variations, sur le solo Lamentation, de Graham et Woodland.

Ses retrouvailles avec le public cubain (au Théâtre Mella dans le quartier Vedado) a été un succès absolu. Ballerines et danseurs complètement investis, aussi bien sur le plan technique qu’artistique, chaque pièce s’achevant sous les ovations qu’un public émerveillé leur offraient sans réserves.

Janet Eilber, directrice artistique de la compagnie Martha Graham a déclaré à Granma International, au terme d’une conférence de presse, que les deux cours de danse contemporaine que la compagnie a donnés lui ont permis de découvrir que « les danseurs cubains sont magnifiques et qu’ils ont une compréhension profonde du style Graham ».

De retour également à La Havane, la première danseuse portoricaine, Laura Valentin, qui avait été invitée au Festival 2014 par Alicia. Elle s’est présentée à la salle Covarrubias du Théâtre National avec le pas de deux Piazzola en concierto, avec le danseur du BNC, Patricio Revé, et le solo Lo que no fue, sur une musique de Piazzola.

Laura Valentin a pris quelques minutes sur ses répétitions pour déclarer à notre publication : « J’ai participé à de nombreux festivals dans le monde, mais c’est très spécial d’être ici à La Havane, parce que Porto Rico et Cuba se ressemblent tellement que je me sens chez moi, mais aussi parce que notre école est basée sur la technique cubaine. Il y a une union dans notre façon de travailler et danser. C’est également merveilleux de voir les théâtres plein en même temps, cette passion du public cubain pour le ballet. Ici, le peuple est éduqué et apprécie l’art de la danse, mais il y a quelque chose de plus, l’amour, la passion et les danseurs se réunissent ici tous les deux ans. Ici, il y a une magie particulière. »

Dans une autre salle de répétition, l’Étasunien Brooklyn Mack donnait son cours quotidien, avant son Solo et sa rencontre avec l’étoile cubaine, Viengsay Valdes pour le pas de deux du Corsaire (en 2014, ils avaient dansé le pas de deux d’un autre classique Don Quichotte). Mack revient conquérir le public avec sa bravoure dans l’attaque, sa technique propre et son charisme.

Jusqu’au 6 novembre, La Havane sera pur mouvement. Le Festival qui porte désormais le nom d’Alicia Alonso est une occasion exceptionnelle pour les nombreux amateurs de ballet sur l’île, et aussi pour les danseurs et danseuses qui s’approchent tout près d’une légende, cette professeure qui les avertit que « la technique, c’est le langage, c’est acquérir la possibilité de s’exprimer ensuite artistiquement ».

Un festival qui place le magnifique héritage de la sublime Alicia Alonso vers l’avenir.

Source: Granma International

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s