L’Hymne de Bayamo

perucho-figueredo

Perucho Figueredo

L’Hymne de Bayamo, avec le Drapeau et l’Écu, sont les symboles de Cuba. La mélodie de ses six strophes a été composée par Pedro Figueredo et orchestrée par Manuel Muñoz Cedeño.

Le 13 août 1867, le Comité Révolutionnaire s’est réuni à Bayamo, dans la zone la plus orientale de Cuba, dans la maison de l’avocat Pedro Figueredo afin d’élaborer les plans qui devraient déclencher le mouvement de l’indépendance cubaine. Là, les membres du Comité ont suggéré à Perucho, le surnom de Pedro Figueredo, de composer un hymne. Tôt le matin du 14 août, le patriote a écrit la mélodie de l’Hymne de Bayamo.

Le 8 mai 1868, Perucho Figueredo demande au musicien Manuel Muñoz Cedeño l’orchestration de cette marche, un chant épique, un hymne de guerre devant appelé au combat.

Perucho a convaincu le prêtre de Bayamo pour que sa musique soit jouée pour la première fois par l’orchestre de Muñoz Cedeño lors de la messe dans l’église où, comme c’était habituel, serait présent le gouverneur espagnol, le général Udaeta. Le 11 juin 1868 Perucho réussi qu’elle soit jouée dans l’Iglesia Mayor de Bayamo.

Lorsque le gouverneur a entendu la pièce il a été surpris et a demandé d’aller chercher Pedro Figueredo. Le gouverneur a dit à Perucho que la marche « n’avait rien de religieuse mais très guerrière » auquel il a répondu : « Vous ne pouvez pas déterminer qu’il s’agit d’un chant de guerre puisque vous n’êtes pas musicien ».

La lutte pour l’indépendance du joug espagnol a commencé le 10 octobre 1868. Le haut commandement de l’Armée Libératrice a déterminé de procéder à la prise de Bayamo, un lieu stratégique de la province orientale pour le premier coup contre les forces espagnoles. La ville est prise le 20 octobre par les forces révolutionnaires.

Au milieu de la joie des troupes rebelles, au côté de Carlos Manuel de Céspedes et d’autres patriotes montés sur leurs chevaux au milieu d’une foule excitée, Figueredo a entendu sa marche et quand la foule lui a demandé les paroles, il a extrait une feuille de papier de sa sacoche, il a croisé une jambe sur la selle du cheval et il a écrit les paroles de l’hymne.

La feuille est passée de main en main et de cœur en coeur. Ainsi, le 20 octobre 1868, dans la première ville libre de Cuba, a eu lieu la naissance officielle de l’hymne qui appelait au combat, connue initialement comme La Bayamesa.

La version actuelle de La Bayamesa est celle que José Martí a publié le 25 juin 1892 dans le journal Patria, mise en musique par Emilio Agramonte.

La musique pour l’hymne composée par Perucho Figueredo a été modifiée au fil du temps, peut-être à cause de ne pas compter la référence de la partition originale. Ceci a provoqué les différentes harmonisations, qui diffèrent plus ou moins de la version originale.

En 1983, le notable chercheur et musicologue cubain Odilio Urfé a présenté un rapport à l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire dans lequel il a proposé la version actuelle et finale de notre Hymne.

Source: Cubarte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s