Le président Raul Castro appelle les pays non-alignés à l’unité dans l’action.

raul-castro-cumbre-mnoalIntervention du général d’armée Raul Castro Ruz, Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, au 17e Sommet du Mouvement des non-alignés, Île Margarita, Venezuela, le 17 septembre 2016, « Année 58 de la Révolution ».

(Traduction de la version sténographique du Conseil d’État)

Cher camarade Nicolas Maduro, Président de la République bolivarienne du Venezuela,

Chefs d’État et de gouvernement,

Chers ministres, délégués et invités,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes au nombre de 120 États non-alignés et nous disposons, outre des Principes de Bandung, de la Déclaration sur les objectifs, les principes et le rôle du Mouvement des pays non-alignés dans la conjoncture internationale actuelle, adoptée au 16e Sommet à La Havane. On ne saurait sous-estimer notre immense force lorsque nous agissons de concert.

Lors du Sommet de 2006, nous avons rejeté les tentatives de « changement de régime » et nous avons lancé un appel à garantir que tout pays s’abstienne d’avoir recours à l’agression ou à l’usage de la force.

À La Havane également, en 2014, les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté des États latino-américains et caribéens (CELAC), à travers la signature de la Proclamation de l’Amérique latine et de la Caraïbe comme Zone de paix, nous avons réaffirmé notre engagement envers les principes de la Charte des Nations unies et le Droit international ; envers la solution des différends de façon pacifique et dans le plein respect du droit inaliénable de tout État à choisir son système politique, économique, social et culturel en tant que condition essentielle pour assurer la cohabitation entre les nations.

Cependant, nous sommes témoins des attaques croissantes contre la souveraineté et l’autodétermination du Venezuela. Cuba réaffirme son soutien inconditionnel au gouvernement et au peuple vénézuéliens, à l’union civique et militaire et au Président Nicolas Maduro Moros (Applaudissements).

Nous condamnons énergiquement le coup d’État parlementaire et judiciaire contre la présidente Dilma Rousseff au Brésil, qui constitue un outrage à la volonté souveraine du peuple qui l’a élue avec plus de 53 millions de voix.

Notre sœur, la Colombie, disposera de tout l’appui de Cuba pour avancer dans le difficile chemin de la mise en œuvre de l’Accord signé et de la consolidation de la paix juste et durable que mérite son peuple.

Nous exprimons notre confiance dans le fait que la République arabe syrienne sera à même de résoudre ses différends par elle-même, sans ingérences externes destinées à promouvoir un changement de régime.

Camarade président,

Il est inadmissible que le peuple palestinien continue d’être victime de l’occupation et de la violence, et que la puissance occupante continue d’interdire la création d’un État palestinien indépendant, avec Jérusalem- Est pour capitale.

Toutes les tentatives pour garantir l’autodétermination du peuple sahraoui meurtri ont échoué, ce qui exige l’action de la communauté internationale.

Nous sommes solidaires de la demande historique du peuple portoricain pour son autodétermination et son indépendance.

Nous soutenons également la revendication de la République argentine sur les Îles Malouines, Sandwich du sud et Géorgie du Sud.

Cher camarade Maduro,

Pour Cuba, le non-alignement signifie la lutte pour modifier radicalement l’ordre économique international imposé par les grandes puissances, qui a abouti au fait que 360 personnes possèdent une richesse annuelle supérieure aux revenus de 45% de la population mondiale. Le fossé entre les pays riches et les pays pauvres se creuse. Le transfert de technologie du Nord vers le Sud est une aspiration inaccessible.

La mondialisation favorise principalement un groupe sélect de pays industrialisés. La dette des pays du Sud se multiplie et atteint plus de 1 700 milliards de dollars.

2,9 milliards de personnes sont poussées vers le chômage et la pauvreté extrême ; des millions d’enfants meurent chaque année à cause de la faim et de maladie prévisibles ; environ 800 millions de personnes ne savent ni lire ni écrire, alors que plus de 1,7 milliard de dollars sont destinés aux dépenses militaires.

Le non-alignement signifie également la lutte pour combler les lacunes en matière de connaissance et pour l’usage des technologies de l’information et des communications en faveur du développement et de la coopération. Nous condamnons leur militarisation croissante et leur usage agressif contre des pays tiers.

Le changement climatique s’aggrave, alors que persistent dans les pays développés des patrons irrationnels de production et de consommation qui menacent les conditions d’existence de notre espèce.

L’exercice des droits humains reste un rêve pour des millions de personnes dans le monde entier. Les États-Unis et l’Europe utilisent la manipulation, le double standard, la sélectivité et la politisation, alors que des vagues de réfugiés se bousculent aux frontières européennes, sans que l’on ait apporté de solutions justes, stables et permanentes qui protègent leur vie et leur dignité.

Cher président Maduro,

21 mois se sont écoulés depuis que le président Barack Obama et moi, avons annoncé simultanément la décision de rétablir les relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis.

Quelques progrès ont été accomplis, notamment sur le plan diplomatique et de la coopération dans des questions d’intérêt commun, mais il n’en a pas été de même dans la sphère économique et commerciale, du fait de la portée limitée, quoique positive, des mesures adoptées jusqu’à ce jour par le gouvernement des États-Unis.

Cuba continuera de réclamer la levée du blocus économique, commercial et financier, qui nous cause tant de dommages et de privations, et qui affecte aussi de nombreux pays en raison de sa portée extraterritoriale. Nous continuerons d’exiger la restitution de notre souveraineté sur le territoire illégalement occupé par la base navale des États-Unis à Guantanamo.

Sans cela, il ne saurait y avoir de relations normales, ce qui ne sera pas possible non plus s’il n’est pas mis un terme à d’autres politiques toujours en vigueur, portant atteinte à la souveraineté de Cuba, comme les programmes de subversion et d’ingérence.

Nous ratifions notre volonté de maintenir des relations de coexistence civilisée avec les États-Unis, mais Cuba ne renoncera à aucun de ses principes, ni ne fera de concession inhérente sa souveraineté et à son indépendance (applaudissements). Cuba ne cèdera pas dans la défense de ses idéaux révolutionnaires et anti-impérialistes, ni dans le soutien à l’autodétermination des peuples.

Camarade Maduro,

Nous exprimons des vœux de réussite à la République sœur bolivarienne du Venezuela à la tête des Pays non-alignés, en même temps que nous adressons nos félicitations à la République islamique d’Iran pour la tâche qu’elle a accomplie durant son mandat qui vient de s’achever.

La seule alternative face aux énormes dangers et aux défis qui nous attendent, c’est l’unité et la solidarité en défense de nos objectifs et de nos intérêts communs.

Je vous remercie (Applaudissements)

Source: Granma International

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s