Le ministre de la Santé publique présente un plan de prévention et d’action contre le virus Zika

zika-oms1La Havane, 24 février – Roberto Morales, ministre cubain de la Santé publique, a présenté ici à La Havane un plan de prévention et d’action contre le virus Zika, la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune.

La situation épidémiologique dans la région s’avère très complexe à cause de la présence de plusieurs virus transmis par les moustiques Aedes Aegypti et Albopictus.

A ce sujet le ministre cubain de la Santé publique a signalé:

«Dans notre pays, aucun cas de Zika n’a été dépisté. Nous avons étudié un groupe de cas de fièvres non spécifiées avec des symptômes semblables, mais jusqu’à présent tous les tests ont été négatifs.

L’appel lancé par le président Raul Castro à l’intention du peuple et de tous les organismes de l’État nous met en conditions de pouvoir devenir un exemple de ce que le gouvernement cubain a toujours fait en fonction de la santé de notre peuple»

Il s’est ainsi référé aux cas de Zika dépistés dans l’hémisphère occidental.

«Le Zika a été confirmé dans 32 pays de la région. Dans 28 d’entre eux, il y a une transmission autochtone et pour les 4 autres, les cas ont été importés. L’expansion s’accroit à cause de la susceptibilité existant dans la population et du fort taux d’infestation.

Comme chacun sait l’OMS a déclaré le Zika comme une urgence de santé publique de portée mondiale, non seulement étant donné l’évolution clinique de la maladie mais encore les complications associées dont la microcéphalie du fœtus, aujourd’hui à l’étude, et des troubles neurologiques surtout le syndrome de Guillain-Barré.

A ceci vient s’ajouter la situation de la dengue qui affecte un grand nombre de pays et dont la tendance est à la hausse. En 2015, plus de 2 millions de personnes ont contracté la maladie dans notre région.

Il faut faire aussi mention du fait qu’en Angola, il y a un foyer de fièvre jaune, une maladie éliminée à Cuba depuis 1909 mais avec l’Angola nous avons des échanges importants.»

Le but du plan du ministère de la Santé publique est d’éliminer ou du moins réduire au minimum les vecteurs de ces maladies. L’autre grand versant du plan consiste au renforcement des mesures de contrôle sanitaire international et de l’assistance médicale à toute personne ayant contracté n’importe laquelle de ces maladies.

Source: RHC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s