Cuba et le Costa Rica relancent leurs relations

Le président de l’Académie d’Histoire de Cuba, Eduardo Torres-Cuevas (à droite) a remis la distinction au président Luis Guillermo Solis. À sa droite, le Premier vice-président Miguel Diaz-Canel. Photo: Jose M. Correa

Le président de l’Académie d’Histoire de Cuba, Eduardo Torres-Cuevas (à droite) a remis la distinction au président Luis Guillermo Solis. À sa droite, le Premier vice-président Miguel Diaz-Canel. Photo: Jose M. Correa

La Havane, 15 décembre – « J’espère que cette visite sera le point de départ pour relancer avec encore plus de force les liens entre Cuba et le Costa Rica », a déclaré le lundi 14 décembre le président Guillermo Solis Rivero, lors de son discours d’entrée à l’Académie d’Histoire de Cuba.

Le chef d’État costaricien a été élu académicien correspondant étranger de cette institution, une distinction qui récompense les personnalités étrangères pour leurs contributions majeures à notre histoire.

Dans sa conférence magistrale intitulée « Les relations historiques entre le Costa Rica et Cuba », le président Solis a évoqué la visite dans son pays, en 1956, du jeune Fidel Castro pour obtenir du soutien pour le mouvement révolutionnaire, ainsi que celles du Héros national José Marti et du lieutenant-général de l’armée cubaine Antonio Maceo, au XIXe siècle.

Pour sa part, Eduardo Torres-Cuevas, président de l’Académie d’Histoire de Cuba, a signalé que c’était un honneur d’attribuer cette reconnaissance au président Solis, historien de profession et enseignant, auteur de plus d’une dizaine de livres et de nombreux articles pour différents journaux et revues spécialisés.

La cérémonie a été présidée par Miguel Diaz-Canel Bermudez, Premier vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres ; Gustavo Cobreiro, recteur de l’Université et Eusebio Leal, Historien de la ville de La Havane.

Dans la matinée de ce même jour, le président Solis a visité le Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB), l’un des fleurons des sciences appliquées à la médecine à Cuba.

Dans cette institution, les spécialistes ont mis l’accent sur les potentialités de la coopération dans cette sphère entre les deux pays, et ils ont notamment proposé la mise en œuvre d’un programme intégral pour le traitement de l’ulcère du pied diabétique à base du médicament cubain connu sous le nom d’Heberprot-P, enregistré dans plusieurs pays et appliqué à plus de 200 000 patients dans le monde.

Ils ont également évoqué la possibilité d’utiliser des techniques et des méthodes cubaines dans le domaine du tourisme de santé que propose le Costa Rica.

Le président costaricien a souligné pour sa part que son pays et Cuba partagent une vision très proche concernant la responsabilité de l’État dans la garantie des services sociaux reconnus comme des droits humains.

Il a ajouté qu’il n’existe pas au Costa Rica d’institution de la dimension du CIGB cubain, et en ce sens il a invité à saisir toutes les opportunités d’échanges, non seulement en ce qui concerne la médecine, mais aussi dans les propositions de solutions biotechnologiques appliquées à l’agriculture et à l’élevage.

Avant son entretien avec son homologue cubain Raul Castro, le président Luis Guillermo Solis visitera le Mausolée du Cacahual, où reposent les restes du Général Antonio Maceo et de son aide de camp Francisco Gomez Toro, et il rendra également hommage à notre Héros National José Marti, sur la Place de la Révolution de La Havane.

Source: Granma International

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s