Unis par l’amour et les sciences

Margarita Baez Martin et Jorge Bergado Rosado se déclarent satisfaits du soutien gouvernemental apporté à leurs recherches. Photo: Nuria Barbosa Leon.

Margarita Baez Martin et Jorge Bergado Rosado se déclarent satisfaits du soutien gouvernemental apporté à leurs recherches. Photo: Nuria Barbosa Leon.

L’amour et la profession ont unis Jorge Bergado Rosado et Margarita Baez Martin, chercheurs au Centre international de restauration neurologique (CIREN) de La Havane.

Lui, il étudie la neuroplastiité sur des animaux de laboratoire, comme un outil servant à analyser les propriétés du système nerveux central: « Mes recherches concernent l’analyse des émotions et des motivations en tant que facteurs contribuant à la restauration des cellules et des tissus du cerveau. Nous cherchons les structures cérébrales impliquées dans les processus organiques qui permettent une communication entre les sphères affective et cognitive », explique le docteur en sciences de la neurophysiologie, Jorge, biologiste de profession.

Quant à Margarita, elle se consacre à la chirurgie cérébrale dans le traitement de la maladie de Parkinson et est chargée de l’évaluation neurophysiologique des patients avant et après l’intervention chirurgicale, en recherchant les éventuelles séquelles ou dommages collatéraux dans les systèmes sensoriels, principalement visuels et auditifs.

Tous deux connaissent la satisfaction d’obtenir des résultats importants pour l’humanité et considèrent la famille comme un soutien indispensable qui leur permet de se consacrer à leur travail, plus encore aujourd’hui, puisque leur fille Grechen est diplômée en biochimie et travaille au Centre d’immunologie moléculaire.

« Nous nous entendons très bien dans notre routine de travail : préparer des cours, des rapports, des résultats scientifiques, des sujets ou écrire des articles. Nous nous organisons pour coopérer entre nous », explique Jorge.

Il précise qu’il n’a pas de préférence entre l’enseignement et la recherche, « les deux m’apportent beaucoup de satisfaction, j’implique mes élèves de terminale ou de troisième cycle dans les projets scientifiques, j’explique en cours les méthodes et les résultats obtenus, je reçois de la part de mes étudiants des idées à concrétiser dans les recherches », affirme-t-il pour souligner qu’à Cuba cette méthode est pratiquée comme une politique entre les universités et les centres spécialisés.

Ce couple de scientifiques cubains se sait soutenu par le gouvernement pour concrétiser ses expériences, à travers l’attribution d’un budget de fonctionnement, la généralisation des expériences fondamentales dans les recherches, et l’aide technologique nécessaire pour entreprendre des études de mesures précises.

« L’inauguration du CIREM en 1989, nous a donné un espace pour développer nos compétences avec l’assistance médicale aux personnes nécessitant des traitements neurologiques spécialisés. Notre travail n’a jamais été interrompu, pas même dans les années 90, lorsque nous avons souffert de l’effondrement des pays socialistes et du durcissement de l’injuste blocus économique, commercial et financier nord-américain qui nous a plongés dans une période de crise économique grave », a déclaré Jorge.

Cependant, la politique cruelle imposée par les États-Unis depuis plus de 50 ans a créé des obstacles au déroulement normal de la vie scientifique.

Il explique : « Nous avons acheté en 2000 un équipement par l’intermédiaire d’une entreprise espagnole pour le suivi de la conduite des animaux. L’ordinateur a vieilli et il a fallu le changer. Nous voulions également actualiser les logiciels. Nous nous sommes mis en rapport avec ces fournisseurs et ils nous ont répondu que l’entreprise avait été rachetée par une société étasunienne et qu’ils ne pouvaient plus rien nous vendre », explique Jorge.

Photo: Nuria Barbosa Leon

Photo: Nuria Barbosa Leon

Le CIREN, institution spécialisée dans les neurosciences, dispose d’une infrastructure de recherche, de services cliniques et non cliniques organisée avec rigueur, ainsi que d’installations hospitalières modernes et confortables, équipées d’une technologie et d’instruments de pointe, de professionnels hautement qualifiés, caractérisés par leur chaleur humaine et leur dévouement envers les patients. Ici, le travail ne se s’est jamais arrêté en raison des multiples innovations de son collectif pour remédier au manque de matériel, ce qui a permis d’obtenir des résultats scientifiques de répercussion mondiale.

À plus de 14 reprises, la famille Bergado-Baez a reçu le Prix national de la Santé, récompense qui distingue l’introduction et l’extension des nouveautés médicales dans l’attention clinique et chirurgicale.

Pour ce couple, faire de la science fait partie d’un engagement et d’une responsabilité sociale. Ils imaginent l’avenir de Cuba dans le travail de femmes et d’hommes dont le savoir-faire soulage les maux humains.

Source: Granma International

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s